Tout savoir sur le chômage en portage salarial

11.02.2020 0 Par admin

Le portage salarial est un statut hybride qui peut s’adapter à tout moment à l’ensemble de vos besoins. Si vous êtes au chômage mais que vous souhaitez garder un minimum d’activité, il est possible de cumuler vos indemnités avec le salaire que vous allez percevoir.

 

De plus après la fin de votre contrat en portage, vous pouvez conserver vos indemnités qui peuvent être revue à la hausse puisque vous avez cotisé tous les mois à l’assurance chômage.

 

Cumuler l’indemnité chômage tout en faisant des missions

 

Oui ! vous pouvez effectivement cumuler vos revenus en portage salarial avec l’indemnité chômage. Ce cas de figure est possible dans le cas où un consultant en portage salarial. Suite à la fin d’une autre mission, votre revenu a été revue à la baisse ce qui ne vous convient pas. Il est alors possible de combler cette perte avec vos indemnités chômages.

 

Ce n’est pas tout, il y a quelques conditions à respecter scrupuleusement pour le consultant mais aussi pour la société de portage pour que ce dernier puisse cumuler son indemnité et son revenu en portage salarial.

 

Les principales conditions sont très simples, vous devez être inscrit à Pôle Emploi et avoir cumulé 610 heures travaillées durant les 28 derniers mois. La somme de votre revenu en portage salarial et de votre allocation ne doit pas dépasser le montant du salaire que vous avez perdu initialement, car c’est cette somme qui a été utilisé pour le calcul de vos droits.

Pour résumer, vous pouvez cumuler vos revenus dans la situation où vous terminez une mission en portage salarial et que vous voulez percevoir vos droits afin de compléter la perte de revenus. Attention à ne pas atteindre l’âge légal de la retraite car les conditions ne seront plus les mêmes vu votre changement de statut.

 

Vous avez aussi la possibilité de cumuler dans le cas où vous souhaitez lancer une nouvelle activité en optant pour le portage salarial tout en restant inscrit à Pôle Emploi. Voici le calcul du montant de l’indemnisation versée au consultant en portage : le montant de l’allocation chômage mensuelle – 70% du salaire brut perçue en portage.

 

Le choix de votre société de portage est très important car elle doit respecter aussi des conditions afin que vous bénéficiiez de ses droits. Les critères à prendre en compte sont nombreuses mais heureusement, votre société de portage se charge de chaque aspect. Elle doit être affiliée à des organismes sociaux, prélever et verser des cotisations chômage, éditer un contrat de travail conforme, être en mesure de prouver qu’il existe un lien de subordination…

 

Nous mettons en garde les salariés portés qui souhaitent modifier leurs déclarations afin de maximiser ses allocations. Ne prenez pas ce risque car vous êtes susceptible de perdre plus qu’autre chose. Les contrôles sont de plus en plus fréquents et pour des raisons éthiques, cette pratique est dangereuse. Méfiez-vous des retours qu’on peut vous faire sur l’optimisation de vos revenus entre vos allocations et votre salaire en portage. Pour rappel, lors de vos missions, vous êtes dans l’obligation de déclarer votre temps de travail afin de calculer votre salaire mensuel.

 

Bénéficier des indemnités chômages après la fin de vos missions

 

Grâce au portage salarial, vous êtes considéré comme un indépendant avec la même couverture sociale qu’un salarié. Pour faire simple, vous cotisez tel qu’un salarié classique, ce qui vous permet d’avoir accès aux droits au chômage. Cette situation est possible car il existe un lien de subordination entre le freelance en portage salarial et sa société de portage.

 

La signature de votre contrat en CDI ou CDD vous permet d’avoir droit au chômage. Cependant, encore une fois, vous devez respecter certaines conditions. Le consultant en portage salarial doit avoir un contrat cadre et une rémunération minimum de 2 900 € hors indemnités. De plus, il doit travailler au moins 6 mois sur 24 mois depuis la réforme du chômage.

 

Il y a d’autres conditions que le consultant doit respecter identique à ce qui est mentionné ci-dessus en plus d’être en recherche effective d’emploi, être apte à l’exercice d’un emploi et être inscrit au Pôle Emploi comme demandeur d’emploi.